Cours de Qi Gong et Taichi Chuan à Rennes

L'association
Harmonie Qi Gong et Taichi Chuan

L’association fondée le 9 juin 2005, a pour objet la pratique et la promotion de la gymnastique traditionnelle chinoise (taichi chuan), ainsi que différentes disciplines qui s’y rattachent (massages de détente, Qi gong). Elle favorise une approche sociale conviviale.

room

Maison de quartier de la Binquenais (Place  Bir Hakeim)
Cours de Qi Gong : 
  • Jeudi : 18h15 - 19h15
Cours de Taichi Chuan :
  • Lundi : 19h00 - 20h


euro_symbol

Tarifs
  • Pratique d'une heure d'activité hebdomadaire (Taichi chuan ou Qi Gong): Tarif plein 190€ / tarif réduit 120 € (étudiants et demandeurs d'emplois)
  •  Pratique de deux heures d'activités hebdomadaires (Taichi chuan et Qi Gong) : Tarif plein 250€ / tarif réduit 190 € (étudiants et demandeurs d'emplois)
  • Obligatoire : Adhésion à l’association : 10€
  • Facultatif : Adhésion de soutien : tarif libre
Règlements possibles :
  • Espèces 
  • chèques, chèques vacances
  • Coupons Sport 
  • Dispositif Sortir


account_circle

Contacts
  • association@ressourcement-harmonie.fr
  • 06 62 07 37 66

Le Taichi Chuan

Depuis toujours, le peuple chinois est connu pour avoir accordé au corps, une très grande importance (exercices corporels pour développer la santé déjà au 4ème siècle avant Jésus-Christ). La création du Taichi chuan remonterait au 13ème siècle et serait attribuée au moine taoïste Chang San-Fong. De sources plus certaines, au début du 17ème siècle, Cheng Wan-Tin commença à codifier et composer le 1er Taichi chuan.

Le Taichi chuan est une discipline chinoise qui se présente sous la forme d'un enchaînement de mouvements; ces mouvements sont exécutés dans la fluidité, la lenteur, le relâchement et le calme.

Le Taichi chuan est appelé Harmonie du corps et de l'esprit. En effet, durant la pratique sont toujours réunis et coordonnés le geste, la respiration et la concentration (la présence). Cette harmonie repose en partie sur le fait qu'au cours de chaque mouvement, c'est l'ensemble du corps qui est mobilisé, et en douceur, pour nous rendre conscients au senti du mouvement, à son relâchement et au travail énergétique qui s'effectue. Pour tendre vers ces objectifs d’harmonisation de la personne globale et la libre circulation de l’énergie, le Taichi chuan part d’un travail concret sur le corps ; c’est par la répétition de mouvements et la conscience de ceux-ci que le pratiquant développe un positionnement juste du corps qui nécessite de chercher son équilibre, sentir son axe corporel, coordonner ses gestes, tout en étant présent.

Le corps étant en état d’équilibre, l’énergie trouve en lui des voies de circulation sans entrave.

Les bénéfices de la pratique : Détente et relâchement ; Apaisement du mental, concentration ; Circulation de l’énergie dans le corps ; Régulation des émotions ; Entretien corporel doux et en profondeur (articulaire, musculaire) ; Régulation des fonctions corporelles (respiratoire, cardiaque, digestive…) ; Joie ; Développement personnel ; Apports psychomoteurs : équilibre, coordination des mouvements,…

Le Taichi ne se réduit pas à des positions isolées, pas plus qu’une rivière ne se réduit aux gouttes d’eau. C’est pourquoi, il est comme un fleuve, énergie en mouvement qui coule légèrement et constamment.

Le corps se tient droit, confortablement détendu

Séparer, c’est réunir, réunir, c’est séparer

Etre présent à ce qui est, tel est le sens

L’énergie dans le mouvement

Etre d’abord dans le cœur et ensuite dans le corps


Les 10 principes du Taichi chuan, commentés par Catherine GY

Redresser la tête comme suspendue à un fil : redresser la tête de façon à ce que les vertèbres cervicales soient dans le prolongement des autres vertèbres du dos, crée un étirement du dos. Pour cela, il s’agit de rentrer légèrement le menton avec souplesse, sans forcer pour ne pas raidir le cou. Le regard est à l’horizontal devant soi. On peut employer une image aidant à ce principe, imaginer que le sommet de la tête est suspendu à un fil accroché au ciel. Alors, il y a un alignement du corps, des pieds au sommet de la tête.

Rentrer légèrement la poitrine et étirer le dos : il s’agit d’abaisser la poitrine de façon à ce que le souffle descende dans le bas ventre (Tan Tien) et que le dos s’allonge. Cela permet d’avoir la partie haute du corps légère et contribue à l’assise du corps.

Relâcher la taille et les hanches : la taille est le centre du mouvement. Pour relâcher la taille, fléchir légèrement les genoux pendant toute la durée du mouvement. Le mouvement est toujours conduit par la taille. Les quatre étoiles (2 aux crêtes iliaques, 2 sur l’avant des épaules) se déplacent toujours ensemble. Les pieds n’ont de la force et le bassin de l’assise que si l’on est capable de relâcher la taille.

Distinguer le « plein » du « vide » : ce principe fondamental consiste à mettre le poids du corps sur une jambe qui est dite alors pleine, de force, yang et l’autre est vide, yin, jambe de soutien. De la juste répartition du poids du corps (70% du poids sur une jambe et 30% sur l'autre), ce principe est respecté et permet alors l'enracinement du corps.

Abaisser les épaules, laisser tomber les coudes et étendre les doigts : abaisser les épaules consiste à les relâcher vers le bas, sinon leur haussement faisant monter le souffle gênerait la position d’enracinement du corps. Laisser tomber les coudes qui sont toujours un peu orientés vers l’extérieur. Il s’agit aussi d’étendre les doigts pour bien sentir l’ensemble du corps (les différentes parties du corps ne sont pas molles mais étendues).

Utiliser l’esprit et non la force musculaire : pas d’effort musculaire dans la pratique mais la force utilisée provient de la détente, de l’intention (yi), du souffle et de l’énergie (chi). Pour ne pas employer la force musculaire, il s’agit de laisser le corps dans la détente et la conscience, laisser s’exprimer le mouvement à partir de son centre. Si le mouvement sort de son axe corporel, il y a utilisation de la force musculaire.

Relier le haut et le bas du corps et vice-versa : le corps constitue un tout et le Taichi chuan nous l’apprend ; le bas du corps est plutôt lourd, enraciné, alors que le haut du corps est léger, aérien, suit l’impulsion donnée par le bas du corps. Ce lien harmonieux haut-bas réside dans l’énoncé : « L’énergie prend ses racines dans les pieds, ses tiges dans les jambes ; elle est commandée par la taille et se manifeste dans les doigts. Des pieds, des jambes et de la taille, tous les mouvements doivent être exécutés dans une unité parfaite ».

Unir l’intérieur et l’extérieur : l’extérieur est le corps, l’intérieur est la pensée, l’intention dans le mouvement. Par le lâcher-prise, la présence dans l’ici et maintenant, le pratiquant unit l’intérieur et l’extérieur de façon à ce que le mouvement vienne de l’intérieur, ne soit plus seulement un geste mais une occasion d’exprimer tout son être.

Chercher la continuité dans le mouvement : cela signifie lier les mouvements sans interruption, sans arrêt. Tous les mouvements sont en lignes courbes et circulaires, souples et liés sans discontinuité, comme l’écoulement continu et sans fin du fleuve ou comme le déroulement du fil de soie d’un cocon. Cette continuité dans le mouvement apporte détente, régule le souffle et l’apaise.

Rechercher le calme au sein du mouvement : l’art du Taichi chuan propose que le calme dirige les mouvements et que les mouvements s’exécutent dans le repos. C’est pourquoi, les mouvements sont d’une grande lenteur. Le calme favorise l’intériorité, l’ouverture à son être profond.

Les mouvements du Taichi chuan

Forme de 103 mouvements

Première partie : La Terre
  • Préparation
  • Commencement
  • Saisir la queue de l’oiseau
  • Simple fouet
  • Mains levées
  • La grue blanche déploie ses ailes
  • Brosser le genou gauche
  • Jouer du pipa
  • Brosser le genou gauche
  • Brosser le genou droit
  • Brosser le genou gauche
  • Jouer du pipa
  • Brosser le genou gauche
  • Avancer, parer, coup de poing
  • Fermeture apparente
  • Croiser les mains
Deuxième partie : L'homme
  • Emporter le tigre dans la montagne
  • Poing sous le coude
  • Repousser le singe, gauche
  • Repousser le singe, droite
  • Repousser le singe, gauche
  • Vol en diagonale
  • Mains levées
  • La grue blanche déploie ses ailes
  • Brosser le genou gauche
  • L’aiguille au fond de la mer
  • Comme un éventail
  • Se retourner et coup de poing
  • Avancer, parer, coup de poing
  • Saisir la queue de l’oiseau
  • Simple fouet
  • Mains comme les nuages (1)
  • Mains comme les nuages (2)
  • Mains comme les nuages (3)
  • Simple fouet
  • Caresser l’encolure du cheval
  • Séparer les pieds (droite)
  • Séparer les pieds (gauche)
  • Se retourner, coup de talon gauche
  • Brosser le genou gauche
  • Brosser le genou droit
  • Avancer, coup de poing vers le bas
  • Se retourner, coup de poing
  • Avancer, parer, coup de poing
  • Coup de talon droit
  • Frapper le tigre à gauche
  • Frapper le tigre à droite
  • Tourner le corps, coup de talon droit
  • Frapper aux tempes
  • Coup de talon gauche
  • Se retourner, coup de talon droit
  • Avancer, parer, coup de poing
  • Fermeture apparente
  • Croiser les mains
Troisième partie : Le ciel
  • Emporter le tigre dans la montagne
  • Simple fouet en diagonale
  • Séparer la crinière (droite)
  • Séparer la crinière (gauche)
  • Séparer la crinière (droite)
  • Saisir la queue de l’oiseau
  • Simple fouet
  • La fille de jade
  • Saisir la queue de l’oiseau
  • Simple fouet
  • Mains comme les nuages (1)
  • Mains comme les nuages (2)
  • Mains comme les nuages (3)
  • Simple fouet
  • Le serpent qui rampe
  • Coq doré sur une patte (gauche)
  • Coq doré sur l'autre patte (droite)
  • Repousser le singe, gauche
  • Repousser le singe, droite
  • Repousser le singe, gauche
  • Vol en diagonale
  • Mains levées et pas en avant
  • La grue blanche déploie ses ailes
  • Brosser le genou gauche
  • L’aiguille au fond de la mer
  • Comme un éventail
  • Le serpent blanc darde sa langue
  • Avancer, parer, coup de poing
  • Saisir la queue de l’oiseau
  • Simple fouet
  • Mains comme les nuages (1)
  • Mains comme les nuages (2)
  • Mains comme les nuages (3)
  • Simple fouet
  • Caresser l’encolure, main qui transperce
  • Se retourner et coup de talon droit
  • Coup de poing au bas ventre
  • Saisir la queue de l’oiseau
  • Simple fouet
  • Le serpent qui rampe
  • Aller vers les 7 étoiles
  • Reculer et chevaucher le tigre
  • Tourner le corps et balayer le lotus
  • Tendre l’arc et tirer sur le tigre
  • Avancer, parer, coup de poing
  • Fermeture apparente
  • Croiser les mains
  • Fermeture
  • Retour à la normale

Forme de 24 mouvements

  • Préparation
  • Commencement
  • Séparer la crinière du cheval sauvage (à gauche, à droite, à gauche)
  • La grue blanche déploie ses ailes
  • Brosser le genou à gauche, à droite, à gauche
  • Jouer du pipa
  • Reculer en repoussant le singe
  • Saisir la queue de l’oiseau à gauche
  • Saisir la queue de l’oiseau à droite
  • Simple fouet
  • Agiter les mains comme les nuages
  • Simple fouet
  • Caresser l’encolure du cheval sauvage
  • Coup de pied avec le talon droit
  • Frapper les oreilles de l’adversaire
  • Coup de pied avec le talon gauche
  • Le serpent qui rampe à droite
  • Le serpent qui rampe à gauche
  • Lancer la navette à gauche et à droite
  • L’aiguille au fond de la mer
  • Comme un éventail
  • Tourner le corps, parer et donner un coup de poing
  • Tirer et pousser
  • Fermeture

Le Qi Gong

Le Qi Gong signifie littéralement travail (Gong) sur l’énergie (Qi).

Il fait partie de la grande famille des arts énergétiques chinois (avec entre autres le Taichi chuan) qui sont fondés essentiellement sur la conscience du souffle (Qi), l’harmonie du corps et de l’esprit, la respiration, la lenteur et le calme. Cette pratique ancestrale comprend à la fois un travail statique de postures et un travail dynamique d’enchaînements de mouvements.

Le Qi Gong est une branche de la Médecine Traditionnelle chinoise dans laquelle l'accent est porté sur la prévention et l'entretien. Le Qi Gong a donc une visée préventive (maintien et entretien de la santé) et curative (il traite de nombreux troubles dont les lombalgies, maux de tête, troubles du sommeil...).

Dans cette pratique, il n'y a pas de recherche de la performance; en effet, les exercices sont pratiqués selon les réelles capacités de chacun. Il est donc accessible à tous les âges et particulièrement bien adapté pour le sujet âgé.

Le Qi Gong apporte une pratique corporelle douce d'entretien du corps et une pratique de santé, le relâchement, le calme, l'équilibre, la stabilité, la souplesse, la fluidité, une meilleure circulation de l'énergie dans tout le corps et en particuliers dans les zones du corps ou dans les organes, en manque ou vides d'énergie.

Il permet un travail global sur l’ensemble du corps ; il permet aussi de renforcer plus particulièrement certaines parties du corps (comme la colonne vertébrale appelée colonne de jade, la ceinture scapulaire, le bassin….) ou certains organes.

Méthode du Ma Wangdui Daoyin Shu
Préparation et ouverture :
  • Posture 1 - P : tendre un arc
  • Posture 2 - GI : étirer le dos
  • Posture 3 - E : le bain du canard sauvage
  • Posture 4 - Rte : le dragon escalade
  • Posture 5 - C : l'oiseau se penche vers l'avant
  • Posture 6 - IG : étirer l'abdomen
  • Posture 7 - V : le hibou regarde au loin
  • Posture 8 - Rs : étirer la taille
  • Posture 9 - MC : le vol de l'oie sauvage
  • Posture 10 - TR : la danse de la grue
  • Posture 11 - VB : expirer vers le ciel
  • Posture 12 - F : étirer et plier le corps
Fermeture

LES 12 MERIDIENS :
  • Les organes-Yin :
  • P - Poumons
  • Rte - Rate
  • C- Coeur
  • Rs - Reins
  • MC - Maître coeur
  • F - Foie
  • Les organes - Yang :
  • GI - Gros Intestins
  • E - E stomac
  • IG - Intestins grêle
  • V - Vessie
  • TR - Triple réchauffeur
  • VB - Vésicule Biliaire
Les stages de Taichi Chuan et de Qi Gong

Les stages sont complémentaires aux cours. Ils permettent de continuer la recherche et d'aller plus loin dans la compréhension et le ressenti du mouvement qui va vers l'interne.

Les stages sont aussi des moments de convivialité où nous prenons notre temps sur une durée plus longue pour laisser venir encore plus de joie, inhérente à ces pratiques chinoises énergétiques et au bien être d'être ensemble pour le partage et s'aider.

Les stages accueillent des débutants, aussi bien que des pratiquants plus avancés, avec un accompagnement de chacun en fonction de ses désirs.



Stages à venir :


Catherine GY - Professeur de Qi Gong et Taichi Chuan

Diplômes
av_timer
  • 2015 : Diplôme d'enseignant de Qi Gong (certifié du centre de culture chinoise "Les temps du corps" Paris et de l'Ecole Nationale de Qi Gong médical de Beidaihe en Chine)
  • 2004 / 2007 : Formation de 3 ans à la Médecine Traditionnelle Chinoise auprès du Docteur Daniel Laurent.
  • 2006 : Certificat d'initiation au Shiatsu
  • 2001 : Diplôme Fédéral d'enseignant du Taichi Chuan (Certifié Ministère de la Jeunesse et des Sports)
  • 1998 : Brevet d'Etat d'Educateur Sportif Tronc commun (Direction Régionale de la Jeunesse et des sports Rennes)
  • 1996 : Certificat d'aptitude à l'enseignement du Taichi Chuan (certifié Fédération de Taichi Chuan Paris)
  • 1989 : Maîtrise de psycho-pathologie (UER Sciences humaines cliniques Paris 7)
  • 1983 : Diplôme d' état de psychomotricien (Université Pierre et Marie Curie Paris 6 - CHU Pitié Salpétrière)
  • Psychomotricienne libérale
  • Thérapeute en shiatsu
  • Professeur de Taichi Chuan ( depuis 1986 ) et de Qi Gong (depuis 1996)
  • Participante à un groupe de travail théorico-clinique avec des collègues psychomotriciens libéraux
  • Psychomotricienne avec l'association France Parkinson (groupe de Taichi Chuan à Rennes)
Expériences professionnelles
av_timer
Centres d'intérêts
av_timer
  • Médecine et corps
  • Sports, ornithologie, nature
  • Philosophie, poésie, écriture, musique classique, arts plastiques
  • La culture chinoise
Les ressources bibliographie

Les classiques

  • « TAO TE KING de Lao Tseu » – traduction de Claude Larre – Ed Desclées de Brouwer
  • « Le YI KING » – traduction R.Wilhem et E.perrot – Ed Librairie de Médicis
  • « Le NEI KING SOU WEN » – traduction Ja Lavier – Ed Paroles
  • « Le vrai classique du vide parfait de Lietseu » – Ed Gallimard, collection idées (Poche)
  • « Pratique de la voie intérieure » de K.G.Durckheim – Ed Le courrier du Livre
  • « La pensée chinoise » de M.Granet – Ed Albin Michel

Le Taichi chuan

  • « Taichi chuan, Harmonie du corps et de l’esprit », de James Kou – Ed FTCC, 1979
  • « Taiji Quan, enseignement de Li Guang Hua » de Jean Gortais – Ed Courrier du Livre, 1981
  • « Taiji Quan, art martial, techniques de longue vie » de Catherine Despeux – Ed Guy Trédaniel, 1981
  • « Taiji Quan, art martial ancien de la famille Chen », de T.Dufresne et J.Nguyen – Ed Budostore, 1994
  • « Professeur Cheng Man - Ch’ing, un grand maître de Taichi parle », de Wolfe Lowenthal – Ed Courrier du Livre, 2003

Qi Gong

  • « Qi Gong : exercices énergétiques de santé » du Dr J. Zöller – Ed Dangles, 1990
  • « Vers l’éternelle jeunesse » de G.Edde – Ed Presses Pocket, 1991
  • « Les huit pièces de Brocart » du Dr J. Liujun – Ed Quimétao, 2005
  • « Entrez dans la pratique du QI GONG, découvrez les bases et la philosophie du Qi Gong » de KE WEN -- Ed Le Courrier du Livre, 2010

Romans, poésie, peinture

  • « Le maître des signes » de P.Aroneau – Ed Syros, 1989
  • « Le cercle du petit ciel » de Ya Ding – Ed Denoël, 1992
  • « Le bol et le bâton de Maître Taisen Deshimaru, contes zen » – Ed Albin Michel, spiritualités vivantes, 1997
Médecine traditionnelle chinoise
  • « Précis d’acupuncture traditionnelle, les bases » de D.Laurent – Ed Guy Trédaniel , 1987
  • « Manuel de médecine traditionnelle asiatique » de D.Laurent et Truong Thin – Ed Les cinq éléments
  • « Médecine traditionnelle chinoise : introduction » de J.M. Kespi – Ed Marabout, 2008
arrow_upward